Edouard Philippe a refusé la perche tendue par Laurent Berger

Le Premier ministre avait l'occasion de prendre la porte de sortie offerte par le secrétaire général de la CFDT. Raté

Avant de lancer, samedi 17 novembre, le jour de la première mobilisation des "gilets jaunes", un appel pour un "pacte de la conversion écologique", Laurent Berger avait envoyé un SMS à Emmanuel Macron pour l'en informer et tester sa réaction.

Réponse du président de la République: "Vois avec le PM", autrement dit avec Edouard Philippe. Mais, comme on sait, lors de son interview au journal de 20 heures de France 2, le lendemain, le chef du gouvernement avait rejeté cette hypothèse sans autre forme de procès.

Le lundi 19 au soir, pourtant, face aux réactions de certains de ses amis et de plusieurs parlementaires de la majorité, Edouard Philippe a téléphoné au secrétaire général de la CFDT pour lui dire qu'il regrettait de ne pas avoir aussitôt profité la porte de sortie que ce dernier lui offrait.

Commentaire en off d'un ministre : "Mieux vaut tard que jamais." 

Carole Barjon / L'OBS